Ce que l’auteur apprend lors des lectures

L’auteur apprend beaucoup de choses lors de ses différentes lectures, surtout à propos des titres de ses livres, pour lesquels il fait preuve d’un surprenant (à peine croyable) aveuglement. Ainsi, ce soir-là, Claire (et Denise est assise à côté d’elle à la table ronde en bois de chêne, ou de noyer, souriantes elles lui font penser à deux petites belettes qui veillent à l’entrée du terrier, de la tanière), Claire dit qu’A celui qui fut pendu par les pieds (le dernier livre de l’aveugle) lui a fait penser au nouveau-né que l’on tient dans cette position s’il a de la peine à respirer. L’aveugle ne sait pas quoi dire, il ne peut que remercier. Qui dans l’ombre lui souffle que l’orange des rideaux orange est une allusion à peine voilée à la Migros où son père travailla pendant plus de quarante ans ? Et Œdipe, Œdipe paraît-il fut attaché par les pieds… Il marche à présent dans la nuit, il revoit le reflet des ailes des mouettes dans les eaux du lac qui l’avait frappé, presque illuminé, lors de son arrivée à Vevey.