Des poèmes enfantins

Je pense à cet ami qui, naturellement poète, écrivait des poèmes enfantins, naïfs, très beaux sur ce qu’il voyait sans jamais se demander pourquoi. Je pense à cet ami que j’ai revu bien des années plus tard et qui n’écrivait plus parce qu’il avait commencé à réfléchir. La source s’était tarie.