J’ai de la marge

Il faut toujours que j’arrive en retard. C’est insensé. Alors ce soir-là, je me suis dit : « Je vais anticiper… » La soirée commençait à 19 h – je suis partie à 16 h. En comptant une heure pour arriver jusqu’à Lausanne, j’ai pensé : « Cette fois, j’ai de la marge ». Mais à l’arrêt de tram m’aborde une exaltée : « I liäbä Edelsteine * », fait-elle en lorgnant mon collier. Elle avait d’ailleurs une histoire en stock à propos des vertus pacificatrices de l’ambre sur la psyché. Elle l’a débitée avec tant d’ardeur qu’elle en a renversé sur mon jeans tout son café à l’emporter. J’ai pensé : « C’est pas grave, j’ai de la marge » et je suis rentrée me changer.
Redoutant d’autres exaltés, je me suis installée dans le train en face d’une de mes pairs – même sac à dos que moi, et le même ordinateur. « Avec elle, pas d’histoires », ai-je naïvement pensé. Mais voilà qu’avant Lausanne, la fille reçoit un coup de fil : « Quoi, t’es dans le même train ?! » s’exclame-t-elle. Et prenant son Mac et son sac, elle quitte le compartiment pour rejoindre un ami. Malheureusement, c’était mon sac qu’elle avait pris.
Ces deux histoires m’avaient mise furieusement en retard. Heureusement, TULALU ?! est spécialiste en histoires en tous genres. Personne ne m’en a voulu.

* J’adore les pierres précieuses.