Pour dire Lausanne

Janvier. Pressée par une bise oblique, la neige dure écorchait les figures, raclait les murs de cette cathédrale contre laquelle se pressait la petite troupe. Une guide était là, qui luttait, mais avec quelle peine, contre les rafales qui volaient ses paroles ; de son discours, tu percevais des bribes d’histoires, quelques dates, des mots hachés qui contaient l’histoire du lieu. Comme quelques autres tu tremblotais, assez misérable dans une veste trop fine ; pour faire bonne figure on s’attarda encore, posa-t-on par politesse une ou deux questions ? On entra enfin dans le petit musée, coquille bourgeoise si confortable, resserrée, tiède surtout. Ce soir-là à Tulalu !?, pour dire Lausanne, il n’y eut nul besoin de la vivre : les livres suffirent!