Souvenir de Tulalu!?

D’abord un homme avec une barbe, et puis des questions.
Ensuite Roland Vouilloz – le vieux compagnon – qui dit mes textes, et le souvenir du filtre de sa bouche, de sa langue et de ses dents sur mes mots, ce son que je connais et que je savoure depuis le siècle dernier au moins. À côté de lui, un guitariste jeune et heureux de créer des effets avec sa pédale loop.
Une chaleur terrible aussi.
Et puis deux-trois zig sympas dans la salle. Des têtes connues que je revois quand on me lit ou que je lis en Valais.
L’aérodrome de Sion, à l’aller et au retour. J’y ancrai un monologue une fois, un de mes premiers. Une histoire de travelo brésilien parti faire un tour dans l’azur en Piper avec un petit patron sédunois. Une histoire pour rire.
Un repas à la fin, peut-être. Du vin avec Roland.
Si vous me demandez, voilà ce que je me rappelle.