Une grande complicité et une belle écoute

Ce soir-là, on m’attend à La Datcha.
Ce n’est pas n’importe quel lieu pour moi : dernier relais du Flon artistique bouillonnant des années 90 dans un quartier devenu commercial, administratif et endigué, j’y ai vécu
douze excellents concerts
trois entailles amoureuses
quarante belles rencontres, côté jardin et côté cour.
La littérature, ce soir, doit faire honneur au groove de ces murs rouges vifs.
Ça tombe bien : je suis invité par Tulalu !? pour présenter la version performance de mon livre, conçue avec la musicienne et compositrice Anne-Sylvie Casagrande. La salle est pleine de monde, le soundcheck a été serré, cela suffira-t-il ? Nous prenons place sur scène, et je sens très vite une grande complicité et une belle écoute. C’est parti, on va pouvoir rejouer la bataille de Morgarten.